Étudier à l'étranger

Les séjours à l’étranger sont de plus en plus fréquents dans les cursus de formation des étudiants : au-delà des programmes Erasmus, d’autres expériences à l’étranger sont possibles…. Le tour de la question sur LyonCampus !

Les expériences à l'étranger

 

Comment choisir sa mobilité à l’étranger ? Il existe plein de formes de mobilité, pour partir étudier, travailler ou encore être bénévole en Europe et partout dans le monde.

Voici quelques pistes pour vous aider à trouver la mobilité qui vous correspond le mieux :

 

Partir en échange en mobilité académique

Dans le cadre de vos études, vous pouvez partir en échange en mobilité académique :

  • avec Erasmus + pour une mobilité dans l’un des pays membres de l’Union Européenne : tous les étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur peuvent partir avec Erasmus + dès leur 2ème année d’études, ainsi que tous les apprentis.

  • dans un établissement d’enseignement supérieur étranger qui dispose d’un partenariat avec votre propre établissement : de nombreux établissements ont des accords d’échanges spécifiques avec des établissements étrangers. Renseignez-vous auprès de votre service des relations internationales directement pour avoir la liste de ces accords et connaître les modalités de mobilité.

 

La liste des documents à fournir pour votre demande de mobilité académique est variable selon votre établissement d’enseignement supérieur, votre niveau d’études et le programme de mobilité que vous avez choisi. Il est possible que vous ayez à passer un test de langue comme le TOEIC  lien ou le TOEFL lien pour certifier votre niveau d’anglais : pensez bien à anticiper votre souhait de mobilité et à vous renseigner au plus tôt auprès de votre établissement.

 

Partir en année de césure à l’étranger

La césure à l’étranger connaît un succès croissant dans les cursus étudiants : l’occasion de vivre une immersion linguistique mais aussi une expérience professionnelle et humaine enrichissante.

L’année de césure vous permet d’interrompre votre cycle d’études pendant 6 à 12 mois tout en gardant le statut d’étudiant, pour vivre une autre expérience : volontariat, emploi ou encore expérience à l’étranger. Facultative, la césure doit être réalisée avant votre dernière année d’études : durant cette période, vous payez quand même vos frais de scolarité, à taux réduit.

Votre demande d’année de césure se réalise auprès de votre établissement d’enseignement supérieur : elle doit être motivée d’un véritable projet et peut permettre de valider certain crédits ECTS. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre établissement, ainsi qu’auprès d’étudiants déjà partis en césure à l’étranger.

 

Partir en stage à l’étranger

Il existe plusieurs types de stages à l’étranger : celui-ci peut être obligatoire et faire partie intégrante de votre formation, ou facultatif au sein de votre cursus. Il fait, dans ces deux cas, l’objet d’une convention de stage entre votre établissement, vous et l’entreprise.

Attention, si en France le stage s’inscrit toujours dans le cadre d’une formation, chaque pays a sa propre définition : renseignez-vous donc bien sur l’offre de stage et le type de convention proposée. Les conditions de travail et de rémunération sont également différentes d’un pays à l’autre.

Pour trouver un stage à l’étranger, consultez la liste des plateformes qui proposent des offres de stages à l’étranger. Pensez à faire appel au service des relations internationales ou bureau des stages de votre établissement, ainsi qu’au réseau d’anciens diplômés et aux étudiants déjà partis en mobilité. Vous pouvez également candidater auprès d’entreprises françaises implantées à l’étranger.

 

Partir en VIE / VIA

Les Volontariats Internationaux en Entreprise (VIE) ou Volontariats Internationaux en Administration (VIA) sont des expériences de volontariats à l’étranger d’une durée de 6 à 12 mois. Réservés aux 18- 28 ans, les VIE et VIA requièrent généralement un certain niveau d’études supérieures. Ils sont rémunérés en fonction du pays de destination et en fonction des aptitudes attendues.

Plus d’informations sur le volontariat à l’étranger sur le site infos-jeunes et sur civiweb.

 

Partir travailler à l’étranger

Job temporaire ou emploi longue durée : différentes expériences professionnelles à l’étranger sont possibles selon votre projet. Pour vous donner des pistes et découvrir les aides pour trouver un travail à l’international, consultez la page dédiée de Pôle Emploi. Le site du CRIJ vous donne également de nombreux conseils pour trouver un job à l’étranger, ainsi qu’une liste de sites pour trouver un travail en Europe, ou pour trouver un travail hors Europe.

Quelques liens utiles

EURES est un site de la Commission Européenne qui regroupe des offres d’emploi et de stages dans toute l’Europe.

Le site de l’Union des Français à l’étranger vous donne des informations sur l’expatriation et recense des offres d’emplois.

Transparence répertorie les offres d’emplois dans les consulats et les ambassades françaises à l’étranger.

Partir avec un chantier de jeunes bénévoles

Plusieurs associations vous proposent de partir à l’étranger pour vous occuper de projets humanitaires. Les frais de voyage et une participation aux frais d’hébergement et de nourriture sont à la charge des participants. Mais attention aux arnaques ! Vérifiez toujours que le projet soit mené par une association agréée avec redistribution des fonds de l’association. Retrouvez la liste des associations organisant des chantiers internationaux.

 

Partir en Programme Vacance-Travail 

Le Programme Vacance-Travail (PVT) vous donne accès à un visa d’un an pour travailler et voyager dans un pays conventionné PVT, pour tout individu de 18 à 30 ans disposant d’un minimum de ressources économiques pour financer son séjour. Si vous êtes déjà salarié en France, vous pouvez aussi bénéficier d’un Congé Salarial de Solidarité.

 

Les aides à la mobilité

 

Afin de financer votre séjour, retrouvez ci-dessous une liste des aides que vous pouvez demander dans le cadre d’une mobilité à l’étranger :

 

Les aides de l’État

L’Aide à la mobilité internationale d’un étudiant (AMI) est une bourse d’aide à la mobilité académique réservée aux étudiants bénéficiant déjà d’une bourse sur critère sociaux en France, comme complément. Pour en bénéficier, vous devez motiver votre candidature auprès de votre établissement d’enseignement supérieur.

 

Les aides de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

La Région Auvergne-Rhône-Alpes propose deux bourses accessibles via votre établissement d’enseignement supérieur :

  • Erasmus + : vous pouvez demander cette bourse en cas de mobilité académique ou pour un stage dans un pays européen.

  • La Bourse Région mobilité internationale : cette bourse vous permet d'effectuer une période de formation ou de stage à l'étranger dans le cadre d’un diplôme préparé en Auvergne-Rhône-Alpes (diplôme ou titre homologué par l'État de niveau 3 à niveau 1). Toutes les destinations à l'étranger sont possibles (sauf DROM-COM, Monaco et Andorre).

Pour candidater aux bourses de la Région, vous devez prendre contact avec le service des relations internationales ou l'administration générale de votre établissement avant votre départ. Aucune candidature directement envoyée à la Région n'est acceptée.

 

Les aides du pays d’accueil

Sur le même modèle que pour vos études en France, en tant qu’étudiant français ou européen, vous pouvez bénéficier d’une bourse sur critères sociaux lorsque vous étudier dans un autre pays de l’Union Européenne : renseignez-vous auprès de votre pays d’accueil sur les modalités et démarches.

 

Les aides des DROM-COM

L’Agence De l’Outre-mer pour la mobilité propose plusieurs aides financières aux  étudiants pour les déplacements en métropole :

 

Les bourses partenariales entre la France et d’autres pays

Développé grâce au concours financier du Ministère des Affaires étrangères français et du Département d’État américain, ce programme est destiné à faciliter la mobilité des étudiants français qui souhaitent préparer un diplôme de niveau Master ou Doctorat aux États-Unis.

Plusieurs programmes de bourses sont proposés pour favoriser les échanges d'étudiants avec l’Allemagne. Elles permettent notamment de financer des cours de langue en Allemagne, un semestre d’études pour les étudiants déjà diplômés ou non, ainsi qu’un séjour de recherche pour les doctorants et post-doctorants.

Ces bourses vous permettent d’étudier dans certaines filières en Angleterre.

Cette bourse vous permet de partir étudier au niveau master ou doctorat aux Pays-Bas.

De nombreuses bourses existent en fonction de votre statut et des études que vous poursuivez au Canada.

 

Les bourses d’organismes privés

Certains organismes privés proposent des bourses pour aider à la mobilité à l’étranger, comme Rotary Club, Sauvé, Vocation, Kenza, ou encore Besse. Renseignez-vous sur les fondations qui octroient des bourses en fonction des pays avant votre départ.

 

Organiser son séjour à l'étranger

 

Une mobilité à l’étranger s’organise plusieurs mois à l’avance, avec plusieurs étapes indispensables pour préparer votre séjour :

  1. Passeport et visa : afin de préparer votre séjour, vous devez avoir votre carte d’identité (dans l’espace Schengen uniquement) ou votre passeport à jour pendant toute la durée de votre mobilité. En fonction du pays où vous vous rendez, vous pouvez avoir besoin d’un visa : renseignez-vous sur le site de l’ambassade du pays où vous vous rendez.

  2. Santé : Si vous partez dans un pays européen, vous devez commander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie (CEAM) afin d’avoir accès aux soins depuis l’étranger. Comme les frais médicaux peuvent être très importants à l’étranger, vous pouvez compléter votre couverture santé en prenant des assurances supplémentaires. Les mutuelles étudiantes proposent des packs « année à l’étranger » pour que vous puissiez être mieux remboursé. Avant votre voyage, vérifiez bien en avance si des vaccins sont obligatoires, afin que vous soyez protégés sur place.

  3. Argent et banque : Avant de partir, renseignez-vous auprès de votre banque sur les modalités et les éventuels frais inclus pour les opérations de paiement et de retrait sur votre compte bancaire français. Il est possible de souscrire à des options spécifiques proposées par votre banque pour réaliser des opérations à l’étranger sans frais supplémentaire. Il est également possible d’ouvrir un compte en banque sur place.

  4. Logement : Afin de trouver un logement à l’étranger, vous pouvez tout d’abord faire appel au réseau de votre établissement d’accueil si vous êtes en mobilité académique, et prendre un logement en résidence étudiante. Les établissements d’accueil proposent aussi aux étudiants des solutions de logements privés partenaires. Le site du CRIJ vous donne de nombreux conseils pour trouver des logements de courte durée à l’étranger : dans tous les cas, n’oubliez jamais de regarder les commentaires et avis sur les agences et résidences qui proposent des logements.

Ayez le réflexe Ariane !

Ariane est un site internet mis en place par le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) qui permet aux ressortissants français de recenser leurs voyages à l'étranger. Ce service gratuit vous permet de recevoir des conseils de sécurité et d'être informés des risques éventuels dans votre pays de destination. Inscrivez-vous ici

Date de publication : 04/07/2019

Partager